Sangkat Koh Trong 1, ville de Kratié, Province de Kratié, Cambodia

Croisières

Phnom Penh - Kratié

“Mékong”, ce nom résonne comme un appel à l’Aventure ; parcourant le Cambodge de part en part, ce fleuve est constitutif de l’identité khmère et doit absolument être le sujet d’au moins une balade.

Entre hautes et basses eaux, son cours varie d’une douzaine de mètres, les paysages changent en permanence et avec eux, le mode de vie des populations des berges.

D’août à novembre, le Mékong est à son plus haut niveau, large et puissant, gonflé des eaux de la mousson, épais d’alluvions, il est couleur chocolat et charrie des troncs entiers dans sa course folle vers la mer de Chine.
A partir de novembre, après la Fête des Eaux, il entame sa décrue et le lac Tonle Sap relâche alors ses eaux qui retournent au Mékong.
Le Mékong s’apaise alors et à mesure que la saison sèche avance, il s’éclaircit, baisse quotidiennement et découvre ses berges que les paysans viennent planter de légumes variés.

D’immenses bancs de sable et des îles sont libérés des eaux où il fait bon flâner et se baigner. Tout à la fin de la saison sèche, le fleuve est totalement clair et coule sereinement entre ses îles saisonnières.

Oubliez donc croisières sur le Nil, le Niger et autre Danube… le mythique fleuve Mékong, la « Mère de toutes les Eaux » vous tend maintenant ses multiples bras.
Pendant plus de trente ans il a été interdit, oublié, car pris en otage par les guerres. Ses eaux ocres et limoneuses, ses immenses espaces ouverts à l’infini, ses couleurs magiques, ses rapides, ses dauphins d’eau douce, ses vieilles bourgades coloniales endormies… s’offrent à vous maintenant.
Partez sur les traces de Francis Garnier et de sa Mission d’Exploration du Mékong, nous rouvrons pour vous la vieille Compagnie des Messageries Fluviales !

Le bateau que nous proposons possède trois cabines où l’on peut loger 6-7 personnes plus quelques autres « en camping » sur le pont supérieur.

La croisière vers Kratié prend cinq jours et quatre nuits (quatre jours et trois nuits dans le sens Kratié – Phnom Penh), elle est agrémentée de nombreuses visites en cours de route. C’est l’idéal pour découvrir le Cambodge en famille, entre amis ou encore… en amoureux!

Contactez-nous pour connaitre prix et disponibilités.

Découvertes le long du Mékong

Petit descriptif non exhaustif des découvertes à faire tout au long de l’année sur les rives du Mékong.

Fin avril, début mai, les îles de Ko Dach et Ko Okhna Tey sont traditionnellement utilisées pour mettre les bateaux en cale sèche, un petit chantier naval s’y improvise tous les ans, bateau en bois, en acier.

Plages, baignade ou balade à pied vous attendent en saison sèche sur l’île de Koh Dach où de nombreux artisans tissent des sarong et kramas en soie.

Dans la boucle après l’île de Koh Okhna Tey, à environ 28 km par le fleuve, rive gauche, se trouve le village de Préah Ta Kung village où sont tissées les nattes traditionnelles en joncs colorés, le village s’organise et commence à développer des nattes aux motifs et couleurs très variés.
Kompong Cham, temple angkorien de Wat Nokor et grand pont de bambou en saison sèche.

Au delà de Kompong Cham, belle plage de sable puis Phnom Ang Chey avec un petit temple pre-angkorien, le site est toutefois de plus en plus dénaturé par les bonzes qui le transforment en Disney Land peuplé de personnages en bétons colorés mettant en scène la vie de bouddha, tigres et autres animaux tout aussi peinturlurés, toutefois, du haut de cette colline, on domine un Mékong magnifique sur plusieurs kilomètres.
Sur l’île en face de Ang Chey se trouvent de jolis villages vivant du tabac, on peut y voir de grands séchoirs en terre battue.
A partir de Stung Trang, sur la rive droite, dominent de grandes falaises ocre qui vont jusqu’à Boeung Ket.

A Boeung Ket, grandes plantations d’hévéa, usine de traitement du caoutchouc avec un port très actif de chargement de bois d’hévéa vendu aux briqueteries en aval. On distingue encore quelques réalisations datant de la période française, un vieux pont de pierre sur lequel s’est maintenant installé un petit marché, les maisons des planteurs sur les falaises ont été détruite il ne reste plus que quelques marques de-ci delà, tombes, puits, marches d’escaliers et fondations, pas grand chose en fait et difficile à repérer dans la végétation qui se fait de plus en plus envahissante.
La vue du haut des falaises au dessus de Boeung Ket est néanmoins magnifique.
Se balader à Boeung Ket n’est pas forcément une très bonne idée, c’est un peu plonger dans un Germinal tropical… ce port et les gens qui y travaillent vont vous regarder bizarrement en ce demandant bien ce que vous venez faire parmi ces travailleurs rustres et pauvres qui ne sont pas là pour s’amuser.

A quelques kilomètres de Boeung Ket, toujours rive droite, coincée dans une cassure de la falaise se trouve la pagode de Préah Kuk, un escalier part du fleuve, traverse un parc jusqu’à une anfractuosité de la falaise dans laquelle a été aménagé un petit temple, de l’eau suinte des parois et goutte dans des jarres enchâssées dans le sol.
C’est l’occasion inespérée pour vous de passer l’éponge et de remettre les compteurs à zéro, l’eau de cette caverne a la réputation d’être magique et s’en asperger abondamment vous apporte bonheur et prospérité tout en vous lavant de tous vos péchés. Une petite offrande aux bonzes et une poignée (impaire) de bâtons d’encens aux génies du lieu et c’est reparti pour un an de débauche !

En redescendant vers le fleuve en contrebas vers la gauche, ne manquez pas de rendre visite au devin qui officie dans une petite cabane en bois sur pilotis. On pourrait croire qu’il a été mis là exprès par le syndicat d’initiative, déguisé et conseillé par une agence de communication branchée, pourtant, il ne passe jamais personne par ici et c’est un homme qui s’est fait tout seul !
Notre devin enveloppé dans un dessus de lit de matière synthétique imitation léopard, une perruque trop petite trônant sur son crâne chauve, il vous prédit l’avenir, dans une atmosphère lourde, assis en tailleur au milieu d’objets bizarres que le Mékong lui a déposé en cadeau au pied de la falaise et qui évoque plus ou moins des serpents, un bouddha…

Contrit de respect et d’angoisse, vous le voyez rouler des yeux et entrer en communion avec des génies avec lesquels il échange des propos incohérents et saccadés en Laotien et en Khmer.
Puis le couperet tombe, pas de sous cette année ou au contraire, une manne financière qui s’amoncellera même pendant votre sommeil, un mariage ?, des enfants ?, il a réponse à tout.
Il est bon de remercier ses prédictions d’un petit dont avant le départ, la véracité des prophéties peut être remise en question mais le spectacle est garanti, Madame Soleil peut aller se rhabiller, en léopard…

Ensuite Chlong, puis Kratie, les dauphins, la pagode de Wat Roca Kandal et l’épave de la canonnière de rivière Francis Garnier, coulée en 1945 par les Japonais et qui est visible en fin de saison sèche (avril, mai), au Nord de Kratie à moins d’un kilomètre du centre ville sur la même rive.