Sangkat Koh Trong 1, ville de Kratié, Province de Kratié, Cambodia

Les dauphins du Mékong

LE DAUPHIN DE L'IRRAWADDY - Orcaella brevirostris

Le dauphin du Mékong, « Orcaella brevirostris », également nommé « dauphin de l’Irrawaddy », fut découvert seulement en 1866. Il existe plusieurs populations isolées géographiquement les unes des autres.
Ce cétacé a un large melon et une tête ronde et émoussée. Son rostre n’apparaît pas séparé du corps. La nageoire dorsale est courte, peu pointue et triangulaire. Les nageoires des côtés sont longues et larges. Il est d’une couleur claire légèrement plus blanche sur la partie inférieure. Il apparaît plus blanchâtre lorsqu’il est vu sur le fond d’une rivière boueuse. La longueur est d’environ 1 m à la naissance et 2,3 m adulte. Le poids à la naissance est d’environ 10 kg pour atteindre ensuite 130 kg à l’âge adulte. Sa durée de vie est d’environ 30 ans.
Le dauphin de l’Irrawaddy est un nageur lent. Il fait surface en roulant et ne soulève sa queue que pour une plongée profonde. Il fait des jets d’eau avec sa bouche lorsqu’il saute dans l’air. Les dauphins apprivoisés le font sur demande.

HABITAT

Quelques-unes des populations peuvent uniquement vivre en eau douce. Dans le Mékong, en Thaïlande, au Laos, au Cambodge et au Vietnam vivent 70 à 100 individus dans un tronçon de 190 km. 33 à 50 individus occupent un tronçon de 420 km du fleuve Mahakam en Indonésie, et 59 vivent dans un tronçon de 370 km dans le fleuve Ayeyarwady, au Myanmar. De plus, on le trouve dans les fleuves du Gange (Inde et Bangladesh) et de l’Irrawaddy d’où il tient son nom.
Les populations vivant en mer occupent l’Indo-Pacifique, devant les côtes sud-asiatiques, par exemple devant la Thaïlande, le Cambodge, l’Indonésie, de l’Inde à la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les eaux du nord de l’Australie. En outre, il existe quelques dauphins survivants dans les lacs salés de Songkhla, en Thaïlande, et de Chilka, en Inde.

ALIMENTATION

Le dauphin du Mékong se nourrit principalement de poissons, de crustacés, de céphalopodes et d’oeufs de poissons. Deux espèces de poissons cyprinidés sont jugés être une importante source de nourriture pour l’espèce trouvée dans le nord-est du Cambodge et du Laos. La carpe est la principale espèce consommée dans d’autres domaines.

Les dauphins du Mékong sont menacés d’extinction

Au Cambodge et au Laos en raison de la présence élevée de polluants dans le fleuve, a averti récemment le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Selon l’organisation, il ne reste que 64 à 76 dauphins de l’Irrawaddy (orcaella brevirostris) dans le Mékong, décimés par des pesticides et autres polluants.
« Ces polluants sont largement relâchés dans l’environnement et la source de cette pollution est susceptible de provenir de plusieurs pays traversés par le Mékong » (Cambodge, Laos, Birmanie, Thaïlande, Vietnam et la province méridionale du Yunnan), indique dans un communiqué Verne Dove, vétérinaire auprès du WWF.
Selon l’organisation qui affirme avoir ouvert une enquête, des niveaux très élevés de pesticides et de mercure ont été détectés dans les cadavres de plus de 50 jeunes delphinidés.

Ces polluants détruisent le système immunitaire des mammifères qui succombent ensuite à des infections.
Le WWF appelle à la mise en place urgente d’un programme de prévention en faveur des dauphins, considérés comme sacrés au Cambodge et au Laos.
Les dauphins de l’Irrawaddy, qui survivent dans une portion de 190 kilomètres entre le Cambodge et le Laos, figurent sur la liste des espèces menacées depuis 2004, précise le WWF.

Un lointain cousin

Le DAUPHIN du YANGTZE s’est ÉTEINT dans l’indifférence générale.

L’espèce Lipotes vexillifer est éteinte. Terrible petite phrase qui signifie que le Dauphin du Yangtze a définitivement disparu de notre planète. Pour toujours. Et c’est nous, les hommes, qui l’avons éliminé.

Six semaines d’expédition sur le YangTze Kiang (le Fleuve bleu, le plus grand fleuve chinois) réunissant des scientifiques de 6 nations, embarqués sur 2 navires de recherche équipés des instruments de repérage acoustique les plus performants, n’ont pas permis de découvrir le moindre signe des derniers dauphins du YangTze.

Après analyse de l’ensemble des informations disponibles, les scientifiques de la « Cetacean Society International » se sont donc rendus à l’évidence, malheureusement annoncée depuis des années : le Dauphin du Yang Tsé a définitivement disparu de notre planète. Son extinction officielle a été déclarée en début d’année 2007.

L’expédition a permis de recenser les marsouins du YangTzé (Yangtze finless purpoises, Neophocaena phocaenoides ) et de constater que la population est en continuelle régression. Il ne resterait que 300 individus… à peu près autant que de dauphins du YangTze, il y a 20 ans.